Revenir en haut Aller en bas


.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

- L'Histoire d'Ilvermorny -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Master
avatar
Admin
Féminin Sorts : 153
Arrivée : 21/04/2018
Avatar : Antillply
Alohomora
Revenir en haut Aller en bas
- L'Histoire d'Ilvermorny -
Chapitre 1: Une histoire de serpent.
Avant.

Née autour de 1603 et issue de deux familles de sorciers au sang pur, Isolt Sayre passa sa plus tendre enfance dans une vallée irlandaise, au cœur du comté de Kerry. Son père, William Sayre, descendant direct de la célèbre sorcière irlandaise Morgane, était un Animagus capable de se changer en corbeau. Remarquant l’attrait inné de sa fille pour les choses de la nature, William la surnomma « Morgane ».

Isolt fut privée de ses parents à l’âge de cinq ans seulement, suite à l’attaque de la maison familiale. Elle fut tirée des flammes et élevée par la sœur de sa mère, Gormlaith Gaunt, qui l’emmena vivre dans la vallée voisine. En grandissant, Isolt se rendit compte que sa bienfaitrice n’était autre que sa ravisseuse et l’assassin de ses parents. Femme instable et cruelle, Gormlaith défendait avec fanatisme la doctrine du sang pur et voyait d’un très mauvais œil l’aide prodiguée par sa sœur à ses voisins moldus.

Lorsque l’enfant reçut sa convocation à Poudlard, Gormlaith refusa qu’elle s’y rende, prétextant que sa nièce en apprendrait bien davantage en restant à la maison qu’en se rendant dans cet établissement aux dangereux préceptes égalitaires, infesté de Sangs-de-Bourbe. Douze ans durant, Gormlaith usa de la puissance de la magie noire pour isoler Isolt et l’obliger à coopérer avec elle. Mais enfin, la jeune femme à qui il était défendu de posséder une baguette magique rassembla suffisamment de savoir et de courage pour s’enfuir en dérobant celle de sa tante.


Bien décidée à échapper une fois pour toutes à sa mère adoptive, la jeune femme se coupa les cheveux. Se faisant passer pour un Moldu du nom d’Elias Story, elle embarqua pour le Nouveau Monde à bord du Mayflower en 1620. Avec sa maigre culture, elle découvrit tout un monde des possibles, et notamment des créatures magiques, dont un Puckwoodgénie, qui la servit pendant de longues années (prénommé William en hommage à son défunt père).

Mais pour Isolt, la créature la plus fascinante restait le Serpent à corne qui vivait dans le ruisseau voisin, et dont le front était serti d’une pierre précieuse. Même son guide puckwoodgenie redoutait cette créature, mais à son grand étonnement, le Serpent cornu semblait apprécier Isolt.

C’est dans de tragiques circonstances qu’Isolt retrouva finalement ses semblables. C'est un sauvetage qui prit place là, de deux enfants à moitié mort, dont les parents avaient été attaqué par une créature magique, appelée dissimulateur. Isolt, avec l'aide à peine consentie de William, ramenèrent Chadwick et Webster en lieu sauf.

C'est lorsqu'Isolt sortit pour chercher de la nourriture, qu'elle rencontra James Steward. Il était non mage, et tailleur de pierres. James dessina même pour Isolt les plans d’une maison de pierres qu’elle érigea au sommet du mont Greylock en l’espace d’un après-midi. Elle la baptisa « Ilvermorny », du nom de la maisonnette où elle avait vu le jour et que Gormlaith avait détruite.

Chaque jour, Isolt se jurait d’effacer la mémoire de James, et chaque jour, sa peur de la magie disparaissait un peu plus. Un beau matin, il leur sembla préférable d’admettre qu’ils étaient amoureux, de se marier et d’enterrer toute cette histoire.



Dernière édition par Master le Mer 30 Mai - 19:05, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Master
avatar
Admin
Féminin Sorts : 153
Arrivée : 21/04/2018
Avatar : Antillply
Alohomora
Revenir en haut Aller en bas
Re: - L'Histoire d'Ilvermorny -
Chapitre 2: A love story.
Vengeance

L'heureuse petite famille était bien occupée et n’avait pas la moindre idée de la menace qui grondait au loin. L’annonce de l’ouverture d’une nouvelle école de magie dans le Massachusetts était parvenue jusqu’au Vieux Continent. La rumeur courait selon laquelle sa directrice était surnommée « Morgane », en hommage à la célèbre sorcière. Toutefois, ce n’est que lorsqu’elle sut que l’école s’appelait « Ilvermorny » que Gormlaith comprit qu’Isolt était parvenue à gagner l’Amérique sans être repérée, à épouser un Moldu au sang de bourbe et à ouvrir une école de magie recrutant le tout-venant.

Gormlaith débarqua en Virginie et prit furtivement la route du Massachusetts en direction du mont Greylock, qu’elle atteignit par une nuit d’hiver. Elle avait la ferme intention de détruire la seconde Ilvermorny, de massacrer les parents qui avaient osé contrarier ses rêves de grande famille au sang pur et de s’emparer de ses petites-nièces, dernières descendantes de sa lignée sacrée, pour les élever dans sa vallée.

Lorsque Isolt voulut attaquer sa tante, Isolt réalisa soudain que la baguette qu’elle tenait à la main ne lui était guère plus utile qu’un vulgaire bâton ramassé sur le sol. Triomphante, Gormlaith repoussa Isolt, Chadwick et Webster en haut des marches, et suivit les pleurs de ses petites-nièces. Enfonçant les portes de leur chambre, elle tomba nez à nez avec James qui se tenait prêt à mourir devant leurs lits. En désespoir de cause, et sans trop savoir pourquoi, Isolt appela son défunt père à l’aide.

Le clair de lune qui filtrait à travers les rideaux s’estompa soudain tandis que la silhouette de William, le Puckwoodgenie, se dessinait dans l’embrasure de la fenêtre. Avant même que Gormlaith n’ait pu comprendre ce qui se passait, elle reçut une flèche empoisonnée en plein cœur et poussa un hurlement strident qui retentit à des kilomètres à la ronde.

William avait sauvé la vie de toute la famille. En réponse à leurs remerciements, il glapit qu’Isolt n’avait pas daigné prononcer son nom une seule fois en l’espace de dix ans et qu’il était indigné qu’elle ne l’eût appelé que par crainte de mourir. Isolt n’osa pas lui avouer qu’elle avait en fait appelé un tout autre William. Heureux de rencontrer enfin le Puckwoodgenie dont il avait tant entendu parler, et oubliant à quel point son espèce haïssait la plupart des humains, James serra chaleureusement la main de William, lui certifiant qu’il était ravi d’avoir baptisé l’une des maisons d’Ilvermorny en son honneur.

En réponse à l’ordre que lui avait donné Gormlaith, la baguette magique de Serpentard resta inactive. Même si Isolt ne parlait pas Fourchelang, pour rien au monde elle n’aurait touché de nouveau cette baguette, ultime relique de son enfance malheureuse. James et elle l’enterrèrent donc hors des murs de l’école.

Un an plus tard, une variété inconnue d’amourette était sortie de terre à l’endroit exact où la baguette magique était enfouie. Toutes les tentatives pour se débarrasser de cet arbre furent vaines, mais après plusieurs années, on découvrit que ses feuilles possédaient de puissantes propriétés curatives. Cet arbre semblait témoigner du fait que la baguette magique de Serpentard, tout comme les descendants du sorcier dispersés de par le monde, pouvait être tout aussi noble que vile. De toute évidence, la partie noble du sorcier semblait s’être expatriée en Amérique.




Dernière édition par Admin le Jeu 3 Mai - 17:24, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Master
avatar
Admin
Féminin Sorts : 153
Arrivée : 21/04/2018
Avatar : Antillply
Alohomora
Revenir en haut Aller en bas
Re: - L'Histoire d'Ilvermorny -
Chapitre 3: Soyez bénis.
Aujourd'hui.

Fondée en partie par un Non-Maj', Ilvermorny a la réputation d’être l’une des grandes écoles de magie les plus égalitaires et les moins élitistes qui soient au monde.


De part et d’autre de la grande porte du château trônent deux statues de marbre à l’effigie d’Isolt et de James. À l’intérieur des murs se trouve un hall circulaire coiffé d’une coupole de verre. À l’étage supérieur, un balcon en bois court le long de la pièce. Seules quatre énormes sculptures de bois meublent le hall d’entrée, chacune représentant l’une des quatre maisons : le Serpent cornu, la panthère Womatou, l’Oiseau-tonnerre et le Puckwoodgenie.

Les nouveaux étudiants font leur entrée dans le hall, sous le regard de toute l’école qui les observe du haut du balcon circulaire. Ils se tiennent en rang le long des murs, attendant qu’on les invite, chacun à leur tour, à rejoindre un nœud gordien gravé sur le sol de pierre. En silence, les élèves attendent alors le verdict des sculptures. Si le Serpent cornu souhaite accueillir un étudiant, le cristal serti dans son front s’illumine. Si le Womatou est intéressé par un élève, il se met à rugir. L’Oiseau-tonnerre, quant à lui, manifeste son approbation en battant des ailes et le Puckwoodgenie, en levant sa flèche dans les airs.

Si plus d’une sculpture exprime le désir d’accueillir un étudiant dans sa maison, la décision revient entièrement à l’élève. En de rares occasions — peut-être une fois tous les dix ans —, il arrive qu’un étudiant se voit offrir une place dans l’ensemble des quatre maisons. Séraphine Picquery, présidente du MACUSA entre 1920 et 1928, fut l’unique sorcière de sa génération à recevoir un tel honneur et choisit la maison du Serpent cornu.

D’aucuns disent que les maisons d’Ilvermorny représentent les différents aspects du sorcier : le Serpent cornu représenterait l’esprit ; le Womatou, le corps ; le Puckwoodgenie, le cœur et l’Oiseau-tonnerre, l’âme. D’autres prétendent que le Serpent cornu forgerait les érudits ; le Womatou, les guerriers ; le Puckwoodgenie, les guérisseurs et l’Oiseau-tonnerre, les aventuriers.

Les années d'école au sein d'Ilvermorny fonctionnent comme suit : On y entre à l'âge de 13 ans, pour y ressortir 6 ans plus tard à l'âge de 19 ans. Avant les 13 ans de l'enfant sorcier, celui ci n'a pas le droit d'avoir de baguette... c'est une règle imposée par le MACUSA. Les premières années n'ont pas le droit de faire partie des équipes de Quidditch de l'école, ils suivent seulement une initiation avec des entraîneurs, détachés pour chaque maison.


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Alohomora
Revenir en haut Aller en bas
Re: - L'Histoire d'Ilvermorny -
- L'Histoire d'Ilvermorny -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ilvermorny, école de sorciers :: L'Univers :: Rules & Tales :: All about-